FY2018 : un budget de l’attente pour le Département de la Défense

Emmanuelle Maître, bulletin n°44, juin 2017

« The United States must greatly strengthen and expand its nuclear capability until such time as the world comes to its senses regarding nukes » : ce tweet du Président Trump datant de décembre 2016 avait posé de nombreuses questions sur ses intentions réelles en matière de modernisation de l’arsenal stratégique américain. Le premier budget requis par l’administration était donc particulièrement attendu, pour autant, dans l’attente de la nouvelle Nuclear Posture Review, dont les conclusions sont attendues pour octobre 2017, celui-ci est peu révélateur et se place principalement dans la continuité de la politique menée par l’administration Obama.

De manière générale, le budget présenté par le Congrès par l’administration Trump pour l’année fiscale 2018 requiert 19 milliards de dollars pour l’«entreprise nucléaire américaine », dont 15 pour la maintenance et les opérations des forces actuelles et 5 pour les nouveaux programmes de modernisation Audition, SASC-SF Hearing on the President’s Fiscal Year 2018 Budget Request for Nuclear Forces and Atomic Energy, Defense Activities, Dr. Robert Soofer, Deputy Assistant Secretary of Defense for Nuclear and Missile Defense,7 juin 2017.. L’analyse de ces grands programmes ne témoigne pas d’une décision prise d’accélérer ou d’étendre ces programmes, mais traduit en revanche quelques changements de priorité ou rééquilibrages marginaux sur les différentes lignes budgétaires.

SNLE Columbia

$1.041 milliard au total a été réclamé par la Navy pour ce programme de remplacement des SNLE Ohio, auquel s’ajoutent 843 millions au titre des contrats passés. Concernant le budget requis pour le Coeur du programme (R&D), l’administration a réclamé 776 millions, une légère augmentation par rapport à ce qui avait été prévu l’année dernière. Cela refléterait un ajustement du budget requis pour financer l’ensemble des activités nécessaires pour mener le programme à la Milestone B. La Navy a donc choisi de procéder à un transfert de ressources pour s’assurer que le navire de tête sera bien prêt selon le calendrier initial qui reste globalement similaire.

En matière de marchés passés, le budget est en revanche bien moins important que ce qui était envisagé en 2016, la difference, de près de 100 millions de dollars, étant intégralement reporté sur l’année fiscal 2019, ce qui semble indiquer une difficulté à suivre le calendrier plus qu’un retard volontaire.

Missiles Trident II (D5)

Egalement en phase de contrats, les modifications effectuées sur les missiles Trident poursuivent une trajectoire relativement rectiligne par rapport aux prévisions de l’administration Obama. Le budget devrait continuer d’augmenter jusqu’à 2022 environ, avec la première unité assemblée normalement en décembre 2019. La Navy travaille à ce stade à l’acquisition des composants, avec en particulier une augmentation du nombre de sous-composants électroniques requis mais aussi des moteurs-fusées à combustible solide qui devront remplacer deux commandés originellement pour le D5 et qui ne pourront pas être utilisés plus de 30 ans.

Bombardiers stratégiques B-21

Le programme B-21, au stade de Recherche & Développement, ne connaît pas d’alternation majeure encore une fois malgré une légère baisse (2,004 milliards au lieu de 2,167 milliards initialement prévu). Cette modification n’a pas été justifiée par l’Air Force puisque le programme est intégralement classifié, une décision qui reste contestée par une partie des législateurs et notamment John McCainJason Devaney, « John McCain Blasts Air Force Secretary Over B-21 Bomber Budget », Newsmax, 6 juin 2017..

Ground-based Strategic Deterrent (GBSD)

On en sait en revanche davantage sur le programme de remplacement des Minutemen qui lui aussi voit son financement réduit (216 millions au lieu de 294 prévus par l’administration Obama). Cette baisse est liée à une réduction des estimations indépendantes du coût du programme mais ce traduit par certains décalages, notamment pour le déploiement du premier missile (année fiscale 2029 au lieu de 2028), la Milestone B était quant à elle décalée de 6 mois puisque la phase initiale d’examen préliminaire de la conception (PDR) est étendue d’un an. La phase actuelle de maturation technologique et réduction des risques doit désormais favoriser l’intégration de technologies matures et de systèmes d’armes intégrés, favoriser les architectures ouvertes. Deux contrats devraient être passés cette année en Septembre, pour un montant de 5,7 millions, et deux autres en novembre d’une valeur de 58,3 millions de dollars.

Long-Range Stand-Off Missile (LRSO)

À l’inverse, le programme de missiles de croisières connaît une progression budgétaire globale assez nette jusqu’en 2020 qui traduit une révision à la hausse des coûts. Ainsi 31 millions supplémentaires sont alloués dès cette année par rapport à ce qui avait été envisagé l’année dernière. Par ailleurs, on en sait plus sur le calendrier du programme, selon lequel la Milestone B devrait intervenir au deuxième trimestre 2022 coïncidant avec le début de la phase d’ingénierie et de production. Un contrat devrait être signé cette année avec au mois d’aoûtRachel Karas, « Air Force FY-18 budget request sheds light on nuclear missile TMRR awards », Inside Defense, 2 juin 2017..

Extension de la durée de vie de la B-61

Le programme d’extension de la durée de vie des B-61 connaît lui une baisse très nette pour les deux prochaines années, puisqu’il est amputé de 59 millions sur FY2018 et de 30 millions sur FY2019, encore une fois par rapport à ce qui était prévu l’année dernière. Sur ce programme, l’administration reconnaît une prise de retard sur la phase d’ingénierie dans laquelle il se trouve, mais aussi la volonté de réserver des financements pour d’autres priorités de l’Air Force. Les retards sont notamment liés au calendrier d’essais, qui doivent être menés avant de pouvoir prendre la Milestone C. La production reste annoncée entre 2019 et 2022Rachel Karas, « Air Force moving money from B61, ICBM upgrades to fund 'higher priorities' », Inside Defense, 26 mai 2017..

Télécharger le bulletin au format PDF