« Quelle place pour la Russie en Asie »


Isabelle Facon, Diplomatie, n°86, 5 juin 2017

Au-delà des effets d’annonce destinés au monde occidental, Moscou cherche véritablement à ancrer son développement économique en Asie, voire son positionnement stratégique. Néanmoins, de nombreuses difficultés freinent sa rotation vers l’est, parmi lesquelles des liens toujours puissants avec l’Europe et la complexité géostratégique de la zone Asie Pacifique.

En même temps qu’elles en appellent ouvertement à l’instauration d’un « ordre mondial post-occidental », les autorités russes ne cessent de souligner la nécessité pour leur pays de développer ses positions en Asie. Pour beaucoup d’observateurs étrangers, il s’agit surtout d’un affichage de Moscou lié à la crise des rapports avec les pays occidentaux : la Russie « menacer[ait] d’un pivot vers l’Asie » pour provoquer et inquiéter les pays occidentaux qui l’ont sanctionnée et marginalisée en raison de son comportement en Ukraine. En outre, ce « pivot » serait avant tout « chinois », constituant pour le long terme un risque pour les intérêts de Moscou, qui serait condamnée à un rang de junior partner dans ses rapports avec Pékin. Qu’en est-il effectivement, début 2017, du positionnement de la Russie en Asie ?

Télécharger au format PDF